L’infographie : un format de restitution créatif

Auteur: Johann Lüthi
3 octobre 2018 | Diffusé sur Twitter le: 3 octobre 2018
Catégorie(s): Articles , Communication, Compétences transversales , Exemple de pratique

La communauté scientifique connaît bien l’exposé des résultats de recherche sous forme de poster, généralement présenté lors de conférences académiques. L’infographie, quant à elle, même lorsqu’elle prend la forme d’une affiche, constitue une variante exigeant de son auteur de structurer son message, scientifique ou non, dans le but de le rendre percutant et facilement compréhensible. Pour ce faire, l’auteur va recourir à des mises en évidence visuelles – icônes, illustrations, zones de couleur, interactions – généralement absentes des posters scientifiques.

Les infographies peuvent être utilisées comme un rendu principal ou comme complément à un travail académique. A l’Unil, plusieurs démarches pédagogiques exploitant le format de l’infographie ont été mises en place ces dernières années, en FGSE et en Faculté des Lettres, par exemple.

Dans un enseignement Master en narratologie du semestre de printemps 2018, en Faculté des Lettres, l’infographie remplaçait le texte classique. Toute la rigueur académique doit dès lors être restituée dans l’infographie, concepts d’analyse et bibliographie compris. Les étudiant-e-s utilisent une application en ligne qui permet de générer des interactions simples et d’inclure des objets multimédia. Les infographies sont publiées en ligne et ont donné lieu à une exposition virtuelle.

Les exemples ci-dessous présentent un contenu très riche et de nombreuses interactions. Veuillez patienter le temps de leur chargement.

Cliquer pour ouvrir dans une nouvelle fenêtre
Cliquer pour ouvrir dans une nouvelle fenêtre
Cliquer pour ouvrir dans une nouvelle fenêtre

Durant le semestre d’automne précédant, la création d’infographies visait à restituer la variété linguistique de la population utilisant le bâtiment Anthropole quotidiennement, objet d’étude d’un séminaire conjoint des sections d’anglais et d’espagnol de niveau master. Dans cet exemple, le format de l’infographie interactive a permis, en complément à un rapport de recherche, d’en vulgariser les résultats et de donner accès à de nombreuses illustrations sonores à un public de non-spécialistes. Ces travaux ont été regroupés dans une exposition virtuelle dans le cadre de la célébration des 30 ans du bâtiment.

En Faculté des Géosciences et Environnement (FGSE), l’étudiant·e doit rendre un rapport écrit dans le cadre du “Travail de Bachelor”. Pour compléter ce document les étudiant·e·s réalisent un poster scientifique ou une infographie. Ce travail est, pour l’étudiant·e, une manière innovante de communiquer un message, des données quantitatives ou qualitatives. L’enjeu étant de faire comprendre ces informations par une composition visuelle. A la fin du semestre, ces posters et ces infographies sont imprimés au format A0 pour faire l’objet d’une exposition. Les étudiant·e·s peuvent ainsi présenter leur travaux, et les enseignant·e·s peuvent découvrir toutes les questions de recherche et problématiques qui ont été abordées.

Cliquer pour ouvrir dans une nouvelle fenêtre
Cliquer pour ouvrir dans une nouvelle fenêtre

Un autre exemple en FGSE dans le cadre d’un cours, une enseignante demande à ces étudiant·e·s de réaliser une enquête sur le terrain et de restituer les résultats dans une infographie. Cette affiche est composée de photos, de graphiques et d’illustrations reflétant les différents éléments (concepts, idées et objets) découverts sur le terrain.

De nouvelles compétences à développer, pour les étudiant·e·s et les enseignant·e·s

Un rendu de travail par infographie exige des auteurs la maîtrise de la hiérarchisation des informations pour un public cible spécifique, d’une forme de langage visuel et de logiciels permettant la création de ce type d’objet graphique. Ces compétences ne faisant pas partie des exigences habituelles de la plupart des cursus universitaires, cet effort supplémentaire doit être pris en compte. Il s’agit à la fois de soutenir les étudiant·e·s dans l’acquisition de ces aptitudes et d’aider les enseignant·e·s à les intégrer dans leur mode d’évaluation.

Diverses approches peuvent être mises en oeuvre. Par exemple, un atelier destiné à l’ensemble des étudiant·e·s est proposé lors du cours de préparation du travail de Bachelor en FGSE, où les étudiant·e·s créent un infographie sur une thématique vue lors de leur cursus. En Faculté des lettres, un accompagnement en classe est proposé aux enseignant·e·s qui se lancent dans l’aventure, ainsi qu’un soutien direct aux étudiant·e·s qui rencontrent des difficultés.

Pour les enseignant·e·s, il s’agit de définir des critères d’évaluation spécifiques à ces types de travaux et d’apprendre à les mesurer, par exemple à l’aide de grilles critériées garantissant une certaine homogénéité de lecture de ces travaux qui peuvent se révéler très différents. En outre, il est nécessaire de prendre en compte la charge de travail qui en découle et de l’inclure dans les exigences du cours ou du cursus.

A titre d’exemple, les critères d’évaluation suivants ont été définis par le groupe des enseignant·e·s concerné·e·s pour l’évaluation de l’infographie/poster complément du Travail de Bachelor en FGSE:

Contenu

Visuel-forme

  1. Utilité des illustrations (transmission du message)
  2. Qualité des légendes
  3. Clarté des propos
  4. Contenu scientifique
  1. Lisibilité
  2. Qualité graphique
  3. Cohérence de la ligne graphique
  4. Adéquation avec le public cible

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à contacter l’ingénieur pédagogique de votre Faculté.

Contact et Licence Creative Commons Nadia Spang Bovey, Faculté des lettres, et Johann Lüthi, Faculté des géosciences et de l’environnement, Unil
Ce dossier est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.