L’autonomie dans l’apprentissage des langues : un dispositif sur mesure

Auteur: Luis Gonzalez
20 juin 2018 | Diffusé sur Twitter le: 21 juin 2018
Catégorie(s): Articles , Autonomie, Compétences transversales, Pratique réflexive , Exemple de pratique

Le contexte

Le travail des apprenant·e·s au Centre de langues se déroule en salle de cours et en salle multimédia. Une plateforme (PlurieL) a été spécialement conçue pour l’apprentissage des langues en autonomie, au service de leurs besoins spécifiques. Le travail dans la salle multimédia est soutenu par PlurieL.

Un moteur de recherche est le premier outil qui a été mis en place en 2006 ; celui-ci répertorie le matériel et les activités à disposition au Centre de langues. En 2009, la plateforme PlurieL voit le jour et comporte des fonctionnalités pensées pour favoriser l’autonomie des apprenant·e·s :

  • Le moteur de recherche est intégré dans la plateforme
  • Des propositions d’activités, élaborées par les enseignant·e·s, pour chaque niveau (A0 à C2)
  • Un Journal d’apprentissage (JA) pour indiquer l’objectif d’une session à la salle multimédia, le type de matériel utilisé, l’atteinte de l’objectif fixé et, finalement, comment poursuivre les apprentissages, et avec quels éventuels ajustements
  • Des ressources explicitent d’une part comment travailler la langue efficacement et progresser à travers un processus d’apprentissage documenté et, d’autre part, comment utiliser les outils du dispositif et du matériel à disposition

En plus de PlurieL, la salle multimédia dispose d’un dispositif permettant à un·e enseignant·e via un poste maître d’observer le travail des apprenant·e·s et d’intervenir si cela s’avère nécessaire. Il est possible d’interagir à l’aide des microcasques installés sur chaque machine (enseignant·e-apprenant·e) ou même de prendre possession de la machine de l’apprenant·e (clavier et souris) pour montrer comment procéder concrètement. De la même manière les apprenant·e·s peuvent de leur côté interpeller l’enseignant·e via un bouton d’appel.

La plateforme PlurieL

Les ressources dans PlurieL

Les outils

  • Les activités sont répertoriées dans la base de données et le moteur de recherche permet de les retrouver en sélectionnant la langue cible, le niveau de langue souhaité et des mots-clés.

    Pendant l’introduction d’un mot-clé, un menu déroulant indique les termes les plus fréquents dans la base ainsi que le nombre de fiches contenant le terme recherché. Lorsqu’un deuxième terme est introduit, le résultat de la recherche tiens également compte du premier terme et l’associe au second, puis au troisième, etc.

    Pour une recherche plus spécifique, un champ permet d’ajouter des critères supplémentaires, comme par exemple le type de support (Audio, CD-rom, lien Internet, etc) ou le type de compétence souhaité.

    Les apprenant·e·s apprennent à utiliser le moteur de recherche grâce aux propositions d’activités comme indiqué ci-dessous, ce qui les familiarise progressivement à cet outil, et leur permet ainsi de gagner en autonomie.

  • Les propositions d’activités sont élaborées par les enseignant·e·s avec une sélection du matériel qui semble le plus adéquat en fonction du niveau des apprenant·e·s mais aussi de ce qui est étudié aux cours. Ces propositions comportent toujours des informations sur les compétences exercées, l’objectif visé, le matériel à utiliser et des stratégies d’apprentissages.

    L’apprenant·e est amené·e progressivement à comprendre comment trouver le matériel. En effet, les premières semaines, un lien direct mène aux fiches d’activités, puis des informations pour effectuer une recherche par mots-clés sont proposés, et finalement, il n’y a plus de propositions d’activités. L’apprenant·e est contraint·e de rechercher des activités en fonction de ses objectifs propres. Selon la même logique, le matériel nécessaire aux activités a été numérisé pour les premières semaines d’activités à la salle multimédia, et l’apprenant·e peut directement travailler avec. Par la suite, les apprenant·e·s apprennent comment sont cotées les ressources de sorte à être capable d’aller chercher le matériel où il se trouve à la salle multimédia.

  • Les apprenant·e·s remplissent leur journal d’apprentissage (JA) lors de chaque session passée à la salle multimédia. Cette activité laisse une trace du travail effectué (historique) et, l’apprenant·e peut de cette manière poursuivre son travail ou passer à autre chose selon ses objectifs (suivi).

    La pratique réflexive sur les activités d’apprentissage contribue à favoriser l’élaboration d’objectifs pertinents, et lorsque l’ensemble du processus est compris et maîtrisé, à gérer l’apprentissage (pas uniquement pour les langues) de manière autonome.

    Chaque apprenant·e se voit attribuer un·e enseignant·e pour le suivi du JA. Ce journal est donc rédigé à destination d’une personne qui va les lire (motivation) et donner des feedbacks constructifs pour aider les apprenant·e·s à progresser dans la formulation des objectifs, à trouver du matériel adapté pour y parvenir ou des conseils sur des stratégies inédites ou originales ou, plus simplement, pour les encourager.

  • L’objectif des ressources est de présenter explicitement le processus d’apprentissage des langues afin de rendre plus conscient ce qui est en jeu, comment procéder pour être plus efficace en s’engageant dans une activité langagière (écouter, prononcer, lire, parler ou apprendre du vocabulaire) à travers des guides de travail et des petits exercices interactifs.

    Pour rendre les apprenant·e·s plus conscient·e·s de l’existence de ce matériel et de son utilité, les ressources sont mises en avant dans les propositions d’activités.

    Le fonctionnement des outils (lecteur audio, fonctionnement global de la salle multimédia) est également à disposition, de sorte à ce que les outils ne représentent jamais un obstacle pour le travail des apprenant·e·s.

L'autonomie

L’autonomie, comme définie par Duquette et Renié (dans Chanier et Pothier, 1998), est associée à la compétence d’apprendre à apprendre avec le soutien d’un·e enseignant·e. Un objectif du Centre de langues est le développement de cette capacité à apprendre par eux-mêmes. Et comme le soulignent Nisbet & Shucksmith (1984), “apprendre à apprendre” implique la prise de conscience du processus d’apprentissage et de sa régulation. La réflexion sur les apprentissages représente un apport significatif. Le  Journal d’apprentissage a donc été implémenté dans cette perspective d’apprendre à apprendre au dispositif PlurieL. En outre, l’autonomie développée dans ce contexte est une compétence directement transférable à d’autres apprentissages, puisque par définition, dévolues aux stratégies d’apprentissage.

Le développement de l’autonomie s’acquiert à travers un processus commençant par la capacité à se fixer des objectifs clairs, pertinents et réalisables pour ensuite trouver un matériel adéquat pour satisfaire ces objectifs. Lorsque les apprenant·e·s acquièrent en plus la capacité à réfléchir à leur apprentissage et à adapter leurs objectifs, ils sont alors en mesure de réaliser toutes les étapes du processus d’apprentissage d’une langue de manière autonome.

Mais être autonome ne signifie pas travailler seul, cela signifie que l’enseignant·e est présent·e pour guider l’apprenant·e à toutes les étapes du processus d’apprentissage. Ainsi, un·e enseignant·e est présent·e non seulement en classe mais aussi dans la salle multimédia où le travail individuel autonome peut être suivi. La réflexion des apprenant·e·s à travers un journal d’apprentissage est également suivie à distance par un·e enseignant·e qui peut dispenser des encouragements, donner un feedback, proposer un autre matériel ou une nouvelle stratégie de travail.

Bibliographie

Chanier, T., & Pothier, M. (1998). Hypermédia et apprentissage des langues, Etudes de linguistique appliquée, n°110, Paris : Didier érudition.

Nisbet, J., & Shucksmith, J. (1984). The Seventh Sense. Scottish Educational Review, 16(2), 75-87.