Enseignement clinique interactif en médecine d’urgence

5 avril 2017 | Diffusé sur Twitter le: 23 août 2017
Catégorie(s): Projets réalisés

REFERENCES DU PROJET

PRESENTATION DU PROJET

Dans la Faculté de biologie et de médecine, les cours théoriques sont souvent dispensés en auditoire sous forme de leçons magistrales, dont les limites pédagogiques sont connues : passivité des étudiants, faible interactivité avec l’enseignant et faible assimilation de la matière… Or, l’enseignement de la médecine se doit d’apporter non seulement des connaissances théoriques, mais également de solides compétences cliniques. Depuis la réforme des études, l’enseignement de ces compétences cliniques fait l’objet de cours spécifiques nommés skills : ces enseignements visent à faciliter la réflexion en autonomie de l’étudiant, à appliquer des connaissances théoriques à une situation clinique, et dès lors à développer des compétences diagnostiques et thérapeutiques.

Ces enseignements permettent aux étudiants d’interagir en petits groupes et sous la supervision d’un enseignant avec des patients réels ou simulés. Toutefois, l’organisation pratique des skills requiert un nombre si élevé de patients et d’enseignants que ce type d’enseignement est souvent remplacé par des cours ex-cathedra. Le projet vise donc à atteindre les objectifs pédagogiques attendus des skills, en proposant un format de cours novateur en médecine d’urgence, combinant les éléments suivants : des vignettes cliniques interactives, d’une part, et un mannequin de simulation informatisé, d’autre part. Cette formule a l’avantage de préserver la forme interactive des skills tout en étant donnée en auditoire avec de nombreux étudiants.

FICHE PEDAGOGIQUE

  • Dans le cadre des cours de médecine d’urgence, le projet a pour objectif de répondre aux besoins pédagogiques suivants :

    • Encourager les interactions : Si les modules B3.8 Skills visent une certaine exhaustivité dans la matière abordée, ils ne favorisent pas l’interactivité et la participation des étudiants. De plus, les interactions enseignant-étudiants actuellement limitées risquent de se réduire encore davantage avec l’augmentation croissante du nombre d’étudiants admis à la FBM chaque année.
    • Développer des compétences décisionnelles : Le mode d’enseignement actuel privilégie une approche par syndrome (fièvre, douleur thoracique, dyspnée, etc.) et vise à mobiliser les connaissances des étudiants, en les structurant autour de pathologies évoquées dans un diagnostic différentiel. Cette approche ne correspond que partiellement au rôle du médecin, car elle ne permet pas d’aborder la prise de décision autonome (diagnostique ou thérapeutique) face au patient, élément pourtant crucial dans la pratique médicale.

    Dans le but de favoriser l’acquisition de compétences décisionnelles, le cours B3.8 Skills se fonde sur des vignettes interactives, donnant la possibilité aux étudiants de déterminer et d’exprimer leurs choix et décisions. Dès lors, ce projet permet d’entraîner une forme de responsabilisation et d’autonomie face à une situation clinique déterminée par leur choix.

  • La solution proposée associe essentiellement deux composantes :

    1. Des vignettes cliniques interactives : chaque vignette présente aux étudiants un bref scénario de départ, accompagné de différentes questions qui concernent des éléments-clés de l’anamnèse, du status, ou des actions-clés à entreprendre en fonction de l’état du patient. L’évolution de la vignette et les thèmes abordés varient et sont déterminés par les réponses des étudiants. Chaque vignette intègre des diapositives de synthèse qui font écho aux objectifs d’apprentissages définis. C’est à partir de ces objectifs et des messages-clés à transmettre que le scénario et le déroulement de la vignette sont préparés.
    2. Un mannequin de simulation avec un monitoring cardio-pulmonaire : Ce mannequin intègre les paramètres physiologiques importants pour le déroulement de la vignette et pour illustrer la pratique de la médecine d’urgence (gémissements, pression sanguine, fréquences cardiaques et respiratoires, saturation en oxygène, etc.). Selon le scénario et en fonction des réponses aux questions, l’état physiologique du patient peut ainsi s’améliorer ou se détériorer, permettant de simuler la réalité d’une prise en charge d’un patient. Le scénario peut également prévoir la survenue d’une complication sans lien avec les décisions prises, respectant ainsi la réalité clinique.

    Ce type d’approche favorise un apprentissage réflexif et confronte directement les étudiants avec les conséquences de leurs décisions ou les imprévus d’une consultation clinique. Le mannequin est également un élément moteur dans les vignettes : son évolution clinique spontanée requiert une attention constante et une prise de décision des étudiants, reconstituant ainsi un élément de pression externe caractéristique des situations de médecine d’urgence.

  • L’introduction d’outils interactifs (PowerPoint avec choix d’évolutions possibles, simulation par mannequin informatisé) dans les études prégraduées de médecine encourage une approche à la fois active et interactive.

    D’une part, l’utilisation de moyens de simulation permet de confronter l’étudiant avec les conséquences de ses décisions diagnostiques ou thérapeutiques, et implique un mode d’enseignement réflexif, également favorisé par la discussion (feedback) avec ses pairs. D’autre part, l’emploi d’une vignette clinique évolutive soutient le déroulement du processus de raisonnement clinique, fondé sur la sélection des informations pertinentes et sur le choix d’hypothèses diagnostiques ou thérapeutiques.

    Le projet demande un mode de raisonnement très proche de celui des urgences, comprenant à la fois une approche hypothético-déductive et un fonctionnement par tentatives diagnostiques ou thérapeutiques. Cette approche d’apprentissage contribue à l’intégration des connaissances théoriques autour d’une situation clinique et renforce l’autonomie des étudiants dans leur mode d’apprentissage, dans leurs choix et dans l’expression de la prise de décision.