INTERGEO – Plateforme digitale sur les géomorphosites

8 septembre 2016 | Diffusé sur Twitter le: 5 septembre 2017
Catégorie(s): Projets réalisés

REFERENCES DU PROJET

PRESENTATION DU PROJET

Le projet concerne la mise en place d’un cours mixte (Blended Learning) alliant cours en présentiel et formation à distance : cet enseignement s’inscrit dans le plan d’étude du master de géographie et dans le cadre des activités menées par Emmanuel Reynard au sein de l’Association internationale des géomorphologues.

Le projet envisagé se constitue de deux volets :

  • Modifier la forme du cours « Géomorphosites et géoconservation » de l’UNIL dans deux directions :
    • Réduire le nombre de cours frontaux et augmentation de l’autonomie des étudiants, en favorisant l’auto-apprentissage.­ Cet objectif concerne et intéresse également les étudiants préparant des travaux de bachelor sur cette thématique et n’ayant pas encore suivi de cours théorique à ce sujet.
    • Valoriser la forte implication internationale de E. Reynard auprès des étudiants de l’UNIL, en développant une partie du cours sous forme interactive avec 5 partenaires européens (Universités de Modena, Minho, Savoie, Paris IV et Bucarest).
  • Développer un espace d’enseignement sur Moodle, utile non seulement pour les étudiants de l’UNIL, mais également pour d’autres étudiants intéressés à la thématique des géomorphosites et de la géoconservation.

FICHE PEDAGOGIQUE

  • Le projet INTERGEO vise deux objectifs pédagogiques principaux :

    Favoriser l’autonomie et l’auto-apprentissage par les étudiants

    Le cours « Géomorphosites et géoconservation » était divisé en deux parties : une semaine-bloc de cours théoriques suivie d’un camp durant lequel les étudiants étaient amenés à mettre en pratique les acquis théoriques. A la fin du semestre, chaque groupe rendait un rapport, dont l’évaluation faisait office de note pratique.

    Malgré le vif intérêt des étudiants, le contenu de la semaine théorique s’est révélé si dense que les étudiants peinaient parfois à intégrer réellement cet enseignement dans le travail pratique. Une plus grande segmentation de l’enseignement théorique (en plus petites séquences d’enseignement) et le renforcement du rôle actif des étudiants durant la semaine théorique augmentent désormais leur capacité à assimiler l’enseignement théorique.

    Auto-socio-construction du savoir

    La stratégie développée se mène sur trois plans : 

    • L’apprentissage s’enclenche à partir d’une mise en recherche individuelle (auto-construction du savoir au moyen d’une plateforme digitale) ;
    • Ensuite, la socio-construction du savoir est favorisée par des exercices et un travail de terrain ;
    • Enfin, la confrontation collective de la classe est favorisée lors de la mise en commun des résultats et la confrontation avec les travaux réalisés par les étudiants des autres universités partenaires.

    Tout ce qui est avancé doit être précisé, argumenté, mis en relation afin de faire avancer la réflexion. L’exigence est de parvenir à hausser le niveau de réflexion.

  • La mise en oeuvre de cette nouvelle forme d’enseignement est fondée sur le scénario pédagogique et le développement des moyens suivants:

    Enseignement théorique

    La semaine d’enseignement est conservée et s’accompagne de quelques heures de cours frontaux pour présenter le contexte et certains concepts clés. Les autres enseignements théoriques sont maintenant acquis de manière autonome par les étudiants sur la plateforme Moodle (voir ci-dessous), avant et pendant la semaine de cours. Une série d’exercices pratiques et des forums de discussion complètent l’enseignement de la semaine.

    Plateforme Moodle

    Le cours théorique est présenté sous forme de séquences (définitions des concepts, méthodes d’étude, protection des géopatrimoines, valorisation des géopatrimoines, etc.). Pour chaque séquence, des documents sont préparés par les différents membres du Groupe de travail sur les géomorphosites et mis en ligne à l’UNIL.

    Enseignement pratique

    Chaque université partenaire organise son propre enseignement de terrain. Les modes, objectifs et durée sont différents d’une université à l’autre (en fonction des différents cursus concernés). A l’UNIL, l’enseignement de terrain continue sur le même mode.

    A l’issue des différents camps de terrain, une mise en commun par vidéo-conférence est organisée. Les étudiants des universités partenaires présentent mutuellement leur travail sous la forme d’un atelier à distance. Le but visé est une mise en commun d’approches différentes et également la découverte d’environnements de travail variés. Pour cette partie, la langue de communication est l’anglais. Ainsi, les étudiants sont mis en situation de participation à un colloque scientifique.

  • L’enseignement propose un dispositif mixte combinant activité à distance et activité en présentiel. Les notions d’hybridation ou encore le « Blended Learning » ont aujourd’hui le vent en poupe. « Blended » pour mélange et « learning » pour apprentissage » : cette méthode d’enseignement a pour objectif d’améliorer et d’accélérer le processus d’apprentissage en combinant le talent des professeurs avec les outils technologiques. La technologie et l’enseignement s’enrichissent et s’informent mutuellement : les étudiants passent de façon régulière d’un échange avec l’enseignant et les camarades, à un travail individuel reposant sur un contenu digital sur mesure, adapté à leur rythme d’apprentissage et à leur progression.