Simulation d’urgences vitales

10 juillet 2018
Catégorie(s): Projets réalisés , Exemple de pratique

REFERENCES DU PROJET

PRESENTATION DU PROJET

L’objectif du projet est de proposer aux étudiant·e·s en médecine de 3ème année (MasterMed1) une demi-journée de simulation d’urgences vitales dans le cadre du cours-bloc «Urgences». Ce projet leur permet d’être exposé directement à ces pathologies et à leur prise en charge, dans un contexte sécuritaire avec un encadrement de formateurs formés spécifiquement à l’apprentissage de la médecine sur simulateur.

La simulation est un apprentissage expérientiel : chaque simulation est suivie d’un débriefing systématique dont le feedback fait partie intégrante et permet aux étudiant·e·s d’apprendre à partir de ce qu’ils ont réalisé.

FICHE PEDAGOGIQUE

  • Le cours-bloc« Urgences» MMed1 .6, d’une durée de deux jours et demi ne permet de proposer aux étudiant·e·s en médecine qu’un rôle essentiellement d’observateur, le temps étant trop limité pour un encadrement et un suivi plus important. L’accès pour les étudiant·e·s à des patients présentant des urgences vitales est par ailleurs extrêmement limité en raison de la gravité de la situation médicale et de l’arrivée de tels patients de manière très aléatoire aux urgences. La simulation d’urgences vitales permet de palier à l’ensemble de ces limitations: – possibilité pour les étudiant·e·s de pratiquer eux-mêmes (et de se tromper) sans risque pour le patient – possibilité de pratiquer la réanimation dans des circonstances réalistes – possibilité d’acquérir des compétences non techniques telles que la communication, la collaboration, le leadership, la gestion du stress, etc. – possibilité pour les formateurs de préparer des scénarios en fonction d’objectifs d’apprentissage spécifiques.

  • Le projet s’est déroulé sur 22 matinées à raison d’une par semaine de février à juillet 2016. Huit scénarios ont été préparés à l’avance, et testés sur les mannequins avant le début de la formation avec les étudiants. Les scénarios couvraient les pathologies fréquentes rencontrées en salle de réanimation aux urgences, à savoir : douleur thoracique, arrêt cardio­respiratoire, détresse respiratoire, obstruction des voies aériennes, coma non-traumatique, polytraumatisme, coma traumatique, agitation.
    143 étudiants ont bénéficié de cette demi-journée de simulation d’urgences vitales. Nous avions imaginé au départ du projet de ne faire qu’un groupe d’étudiants avec 3-4 étudiants qui participent activement au scénario et les autres qui restent observateurs. Nous nous sommes rendu-compte avant même le début du cours, que les étudiants auraient peu de moments pour vraiment être actif dans la prise en charge d’un patient.  Nous avons donc modifié l’organisation de la matinée, en séparant les étudiants en deux groupes. Nous avons ainsi pu effectuer 3-4 scénarios dans chaque groupe, puis inverser les groupes après une pause de 15 minutes. Les étudiants ont ainsi tous été confrontés aux mêmes situations médicales sur l’ensemble de la matinée. 

  • L’usage de mannequins de simulation hautement sophistiqués permet aux étudiant·e·s de s’entraîner à certains gestes techniques ou répéter des procédures opératoires sans incidence pour le patient. Ces mannequins, sont programmés pour reproduire des situations dans lesquelles certains paramètres, comme le pouls ou le rythme cardiaque, évoluent en fonction des choix ou des actions des participants  ce qui donne l’illusion qu’ils réagissent physiologiquement aux soins donnés. Ainsi, leur état clinique peut s’améliorer ou se dégrader faute de soins appropriés.

    A partir de là il est important de bien définir les scénarii de manière à reproduire les cas vécus en milieu hospitalier tout en fixant les objectifs sur les compétences à développer. 

    L’étape de débriefing est également primordiale et permet à chacun de livrer d’abord ses impressions et son ressenti, puis d’analyser ses comportements. L’objectif étant que les participants s’interrogent sur leur pratique et apprennent par eux-mêmes.

  • Les étudiant·e·s ont pu donner leur avis sur le cours en répondant à un questionnaire. Ce moment de formation a été énormément apprécié et en particulier les efforts consentis par le service des urgences pour leur accueil, ainsi que la qualité et le professionnalisme des formateurs mis à disposition pour la simulation médicale. 

    Un étudiant a évalué le réalisme comme étant insuffisant, car il a trouvé que l’ambiance « calme » était peu réaliste par rapport à une situation d’urgence. Il aurait aimé que les instructeurs mettent un peu plus « la pression ». Plus globalement, les étudiant·e·s ont fortement apprécié la diversité des situations rencontrées, leur donnant un bon éventail des situations d’urgence vitales que l’on doit être capable de gérer dans un service d’urgence.

    Une feuille récapitulative synthétisant les éléments clés de la prise en charge d’un patient en situation d’urgence a été souhaitée à plusieurs reprises par les étudiant·e·s. Un tel document sera préparé pour l’année prochaine. Nous prévoyons de le distribuer de manière systématique en fin de matinée. 

    La mise en route de ce projet a vu les mêmes formatrices et formateurs assurer la totalité des matinées d’enseignement, essentiellement trois personnes du service ce qui représente une charge de travail conséquente.

    La simulation d’urgences vitales telle que réalisée dans ce projet nécessite une infrastructure relativement lourde (mannequins sophistiqués notamment). Néanmoins, la méthodologie est parfaitement applicable à nombre de situations médicales d’autres disciplines. Le retour global est extrêmement positif, et les étudiant·e·s sont très “demandeurs“ pour que ce type de formation soit développé tout au long des études de médecine.